Logo CDE

Logo Cercle des Européens

Noëlle Lenoir et Nathalie Kosciusko-Morizet débattent de la question de la mixité homme / femme

 

Noëlle Lenoir participait à un dîner-débat le 26 octobre 2011 organisé par la Fondation ADN. Elle intervenait, avec Mireille Faugère, directrice de l’AP-HP, aux côtés de Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre et membre du haut-conseil de l'ADN. Le débat était animé par Nicolas Molfessis, Professeur de droit privé à l'Université Paris II Panthéon-Assas. Le thème portait sur "L’économie politique des sexes - Mixtes ou égaux ?”.

Dès la prime enfance, les femmes sont confrontées à une véritable propagande, qui leur impose les canons irréalistes de la féminité. Les images publicitaires, la "mode", les séries télévisées, proposent des modèles inaccessibles. Les effets sont considérables, en termes de santé publique avec des pathologies comme l’anorexie, l’obésité et la dépression, ou en termes de fragilité sociale avec le surendettement et la dépendance. Noëlle Lenoir a notamment rappelé qu'être une femme dans la vie professionnelle et la politique n’était pas un long fleuve tranquille. Les préjugés sont tenaces et les habitudes de vie également. Ainsi le partage des tâches familiales reste en France très déséquilibré (80% pour les femmes), les filles sont plus diplômées, mais parfois ensuite rebutées par le choix à faire entre une carrière et être disponible pour ses enfants et sa famille.

Par ailleurs Noëlle Lenoir a regretté la situation de régression à laquelle on assiste dans beaucoup de pays de l’autre côté de la Méditerranée, et même dans nos sociétés. Le chemin est malheureusement encore long avant qu'une réelle égalité puisse voir le jour entre femmes et hommes.

Pour conclure, Noëelle Lenoir s’est déclarée convaincue que la défense de cette égalité – dont la mixité est une des dimensions – doit se fonder sur le socle de l’universalisme. Pour elle, mettre l’accent sur la singularité des femmes et leurs qualités différentes ne contribue nullement à faire avancer les idées en ce sens. Il n’y a pas en effet d’un côté les droits de l’Homme avec un grand H qui sont par nature universels et les droits de la femme qui se rattacheraient au particularisme féminin. L’universalisme est la seule façon selon elle d’aborder la question de l’égale dignité entre tous les êtres humains.

La présidente Noëlle Lenoir

https://twitter.com/noellelenoir

  • Avocate
  • Membre honoraire du Conseil Constitutionnel
  • Conseiller d’État honoraire
  • Ministre déléguée aux Affaires européennes (2002-2004)
  • Présidente du Cercle des Européens (depuis 2004)
  • Présidente d’honneur-fondatrice (1994) de l’Association des Amis d’Honoré Daumier
  • Présidente du Cercle Droit et débat public (depuis 2019)
  • Membre de l’Académie des Technologies
  • Membre de l’American Law Institute
  • Administrateur de HEC Business School
  • Vice-Présidente d’ICC France
  • Présidente du Comité international de bioéthique de l’UNESCO (1993-1998)
  • Présidente du groupe de conseillers pour l’éthique de la biotechnologie de la Commission européenne (1994-1998)
  • Déontologue de l’Assemblée Nationale (2012-2014)
  • Présidente du Comité d’éthique de Radio-France (2017-2018)
  • Présidente du Comité Éthique et scientifique de Parcoursup (2018-2019)
  • Visiting Professor à la Faculté de droit de Columbia
  • University à New-York (2001-2002)
  • Professeure affiliée à HEC (depuis 2002)
  • Présidente de l’Institut d’Europe d’HEC (depuis 2004)
  • Bâtonnier honoraire de Gray’s Inn à Londres (depuis 1996)
  • Docteur honoris causa de Suffolk University à Boston (USA) et de University College London (Royaume Uni)
  • Honorary Fellow du Hasting Center (USA)
Cercle des Européens

Pour une Europe unie…

Photorama

Partenaires

Copyright ©2021 Cercle des Européens | Tous droits réservés | Mentions légales | Politique de confidentialité | Réalisation inPhobulle

Ce site utilise Google Analytics. En continuant à naviguer, vous nous autorisez à déposer un cookie à des fins de mesure d’audience.